Aliou Cissé : « faire de notre mieux pour gagner et passer au prochain tour »

Le Sénégal affronte la Côte-d’Ivoire en huitièmes de finale lundi 20h GMT à Yamoussoukro. A la veille de cette rencontre, Aliou Cissé s’est exprimé au micro de notre correspondante en Côte-d’Ivoire. Le sélectionneur des Lions s’est montré confiant et aborde ce match comme une finale.

La Côte-d’Ivoire, un adversaire qui a toujours posé problème au Sénégal :

Les statistiques sont là, je ne pourrais pas changer le passé contre la Côte d’Ivoire. Nous sommes dans le présent, le futur il n’y a rien de sûr. Nous sommes focus sur ces 8e de finale. Certes, le Sénégal a fait un bon début, mais tout ça n’aura pas d’importance pour ce match qui sera très difficile. Cette rencontre n’a rien à voir avec ce qui c’était passé. Ce qui s’est passé en 1992 ou même 2014 est derrière nous. Aujourd’hui, c’est un match différent à élimination direct à la CAN et on a envie de faire le maximum, faire de notre mieux pour gagner et passer au prochain tour.

La désillusion du pays hôte au premier tour :

Ce qui s’est passé au premier tour est derrière nous, une nouvelle compétition commence face à une nouvelle équipe qui aura envie de se racheter face à son public. Nous avons des arguments à faire valoir à nous de nous concentrer sur le jeu. L’environnement on l’a connait, l’hostilité aussi, ce qui est important c’est de faire focus sur le match, sur le jeu. Nous avons le désire de nous qualifier de la même manière que la Côte d’Ivoire est préparé pour aller au bout de la compétition. Nous sommes formatés pour défendre notre trophée.

C’est une rencontre à élimination directe et la Côte d’Ivoire fait partie des grandes potentielles du football africain depuis des années. Au sein de cette équipe se trouvent de très grands joueurs, nous les sous estimons pas et ils auront à cœur de montrer à leur public que ce qui s’est passé contre le Nigéria et face à la Guinée Equatoriale était un accident. Ce sera un match très difficile pour nous.

Faire comme les éléphants et remporter la CAN chez eux :

Beaucoup de choses se sont passé contre la Côte d’Ivoire, pour ce match ce sera une autre paire de manche. En 1992, la Côte d’Ivoire était venue gagner la CAN chez-nous, on leur avait confié quelque chose qu’on a l’intention de récupérer. Les ivoiriens se sont nos frères et ce qu’on leur avait prêté en 92 il faut qu’ils nous le rendent aujourd’hui.

Jouer contre le pays hôte :

Le football est fait de défis, c’est le destin qui nous met en face de ces équipes, donc nous devons nous préparer en conséquence. L’enjeu est là et c’est une chose, l’environnement du match aussi c’est une chose. Ce qui va être important pendant 90 minutes ou plus. On peut aller aux prolongations mais l’importance c’est de rester focus sur le match.

La gestion de l’effectif :

J’ai un groupe compétitif, Iliman fait partie des joueurs sur qui je compte. Nous avons 27 joueurs potentiellement titulaires. C’est l’état d’esprit qui compte. Certains doivent débuter d’autres devront rentrer pour terminer le travail pour apporter un plus qui nous manque c’est cette ensemble qui fait une équipe de football. Arriver à avoir cette cohésion, ou ceux qui jouent sont appuyés par ceux qui sont sur le banc, c’est cet état d’esprit que nous avons cultivé dans cette équipe. Il faut que cela continue. Nous sommes ensemble, nous tirons ensemble et nous allons dans la même direction ensemble.

Le niveau de la CAN :

Le football d’aujourd’hui est différent du football des années 1990 ou 2000, il y avait une hiérarchie et des réalités qui étaient là où les grandes nations battaient les plus petits mais maintenant la donne a changé. Les équipes se préparent bien leurs Etats mettent les moyens, la mentalité des joueurs a changé et l’état d’esprit aussi. Les équipes s’améliorent de jours en jours.

Ngoné GUEYE, envoyée spéciale à Yamoussoukro

Please follow and like us:
Pin Share
CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus (0 )
La une
Direct
Replay
Search
%d blogueurs aiment cette page :